jeudi 27 novembre 2008

COMPTON PETROLEUM: un "penny stock" à regarder de plus près

.
Investir dans les entreprises d'exploration et de production de gaz naturel peut s'avérer être un placement risqué. Ce type d'entreprises ont des besoins importants de capitaux pour réaliser leurs programmes d'exploration, de forage et de mise en production et sont à la merci des fluctuations des prix de vente sur les marchés de l'énergie.

Le cours de l'action de Compton Petroleum (CMT au TSX) au cours des douze derniers mois, témoigne du niveau élevé de risque associé à ces titres: l'action de cette entreprise de l'Alberta est passée de $13,00 en juin dernier à moins de $1,00 cette semaine ($0,95 actuellement). Est-ce que ce nouveau "penny stock" pourrait se redresser sans avoir à retourner sur les marchés pour demander de nouveaux capitaux, afin de continuer ses programmes d'exploration et de production? Je n'ai pas la réponse, l'avez-vous?

Si le coût du gaz naturel remontait, cela apporterait les fonds autogénérés (cash flow) nécessaires pour éviter l'émission d'actions additionnelles. Compton Petroleum possède des ressources non négligeables et pourrait générer des retours intéressants lorsqu'elle passera à une phase plus avancée de production. Mais, pour y arriver, les entrées d'argent en provenance de ses puits déjà en opération doivent l'alimenter convenablement. Tout est là, dans quelle direction s'en va le coût du gaz naturel sur les marchés de l'énergie? Comme ma connaissance de ce domaine est limitée, j'ai consulté le site de l'Office National de l'Énergie, voici un extrait de leur analyse

Partout en Amérique du Nord, les prix du gaz naturel ont beaucoup régressé depuis le début de juillet. Les prix de référence à l'égard des contrats gaziers à terme à la NYMEX se situent maintenant entre 7,75 $US et 8,00 $US par MBTU pour le mois d'octobre, et entre 8,40 $US et 8,65 $US par MBTU pour la période hivernale de novembre à mars. (...) Les préoccupations liées à la baisse de la demande gazière industrielle, compte tenu d'un ralentissement de l'économie nord-américaine, sont maintenant partout présentes sur le marché du gaz naturel et les attentes actuelles sont que les prix demeureront sous les 10 $US par MBTU tout au long des mois intermédiaires d'octobre et de novembre. Par la suite, une possibilité de rehaussement des prix existe si la température baisse rapidement cet hiver dans les grands marchés de chauffage résidentiel au gaz autour des Grands Lacs et dans le Nord-Est des États-Unis.

Pas concluant, mais ça donne une idée, je vous invite à lire l'analyse complète, en cliquant le lien ci-dessous:


.

4 commentaires:

Québec Bourse a dit…

Merci pour vos commentaires.

Hispong Elbayne a dit…

Ici, ils parlent de Compton Petroleum :

http://www.lesaffaires.com/article/0/finances--placement/2008-11-07/485187/des-titres-dont-il-faut-se-meteacutefier.fr.html

Je ne suis pas fier de toi, tu n'as pas respecté tes leçons de l'investisseur...

Québec Bourse a dit…

J'étais conscient du niveau insuffisant de cash flow, d'ailleurs je fais référence à la possibilité d'un recours à de nouveaux capitaux pour réaliser le programme de production. Sur la dette comme telle, je suis conscient du risque relativement plus élevé qu'il y a ici, à ce sujet, l'analyste de Morningstar dit ceci:

At the end of the first quarter, the debt/total capital ratio stood at 51%, which is higher than the industry average. The company has $450 million in U.S. dollar-denominated notes due in 2013. We were happy to see that the firm recently locked in a favorable U.S. dollar/Canadian dollar exchange rate for 2013, effectively lowering the cost of this liability. Compton has plenty of borrowing capacity on its line of credit at this time; however, if natural gas prices were to fall precipitously, Compton may have to sell assets or sell equity.

Ceci étant dit, c'est vrai que je m'éloigne d'une de mes leçons: le niveau d'endettement est un facteur qui devrait nous amener à rejeter certaines entreprises à la veille d'une récession et au moment ou le marché du crédit est plus difficile d'accès.

Hispong Elbayne a dit…

«Comme ma connaissance de ce domaine est limitée»

Lumière rouge d'alarme ici.

Si tu dis que tu ne comprends pas bien le marché du gaz naturel, tu devrais t'abstenir d'investir ou du moins y aller avec une extrême prudence.

Warren Buffett lui-même n'investit pas dans un secteur qu'il ne connaît pas. Il ne connaît pas l'informatique, alors il n'a jamais acheté de MSFT. Même si son bon ami est Bill Gates.

J'ai l'air de faire la leçon, mais je crois que je suis comme tout le monde. En 4 mois j'ai eu mes claques sur la gueule qui m'ont forcé à gober à la dure les leçons du marché.