jeudi 17 décembre 2009

Vous y croyez ou vous n'y croyez pas?

.
De toutes les mauvaises raisons de vendre un titre que vous possédez, la pire est de le vendre simplement parce que son cours a beaucoup augmenté récemment. Surtout si vous le faites aux dépens de vos entreprises les plus solides!

Certes, il y a des situations où Mr Market, ce maniaco-dépressif, perd un peu la boule et qu’il vous offre d’acheter vos actions à un prix beaucoup trop élevé : imaginez quand il était possible de vendre ses actions de Nortel à plus de $100 l’unité au début de la décennie… Vendre était alors une idée lumineuse et tout à fait appropriée!

Il y a cependant une différence entre vendre un titre à la mode dont la popularité se base sur des prévisions de croissance irréalistes et se départir d’une entreprise solide parce que la montée de son cours dépasse vos attentes. Pour reprendre l’expression de Pierre-Olivier Langevin dans son Journal financier d’un « Y », c’est un peu comme si vous vous disiez « Les plantes de mon jardin sont trop belles, je vais en arracher quelques unes pour faire de la place à des moins belles ». La performance de votre titre vous surprend agréablement? Soyez-en reconnaissant, ce n’est pas une raison de le jeter par dessus bord!

À notre époque où les investisseurs sont davantage intéressés par le mouvement des actions que par leur valeur réelle, j’entends fréquemment des gestionnaires de portefeuille qui avaient recommandé avec conviction un titre trois mois plus tôt, titre qui a effectivement vu son cours croître régulièrement depuis, avouer qu’ils s’en sont départi au milieu de sa poussée, persuadés qu’il avait trop monté! Faites-vous une idée, vous y croyez ou vous n’y croyez pas à vos propres recommandations!

Je ne suis pas mieux qu’eux et ce message en est encore un qui vise à exorciser par l’écrit un comportement aberrant. Deux de mes meilleurs idées de placement des dernières années, Teck Cominco (TCK.B-TSX) et Western Digital (WDC-NYSE), avaient vu le cours de leur titre augmenter de façon importante depuis le printemps dernier, venant confirmer la justesse de mon analyse. Je me suis dit au début octobre, sans vraiment vérifier à fond les résultats financiers, que ces titres « avaient trop augmentés, qu’ils étaient dus pour redescendre » et j’ai réduit mes positions sur chacun d’eux pour aller batifoler ailleurs avec les fruits de ma vente. Je vous laisse deviner ce qui est arrivé au cours de ces deux titres depuis... Ah le con!
.

2 commentaires:

Pierre-Olivier Langevin a dit…

Entièrement D'accord avec toi Denis!

Une autre chose qu'il ne faut pas oublier pour ceux qui ont des épargnes hors REER et hors CELI, c'est l'impact fiscal de ventes de titres répété. Garder un titre gagnant longtemps sans le vendre garde le fisc éloigné de notre portefeuille et cela a pour effet de magnifier les rendements à plus long terme.

Dans un autre ordre d'idées, merci beaucoup pour la référence à mon blogue! C'est toujours un plaisir de te lire.

Collart Thierry a dit…

J'ai vendu Intuitive Surgical, ma plus brillante idée de ces dernières années, avec une belle plus-value de l'ordre de 40% et en pensant que le titre était trop cher, ma vente a été réalisée vers 145 $. Aujourd'hui, le titre se transige vers 292 $...

On rencontre tous ce genre de situation très déplaisante, il faut simplement apprendre à vivre avec.