mercredi 17 décembre 2008

La tempête boursière de 2008: est-ce qu'un seul d'entre nous avait prévu son ampleur?

.
À la fin décembre 2007, j'affichais un petit sondage demandant à mes lecteurs leurs prévisions pour 2008 pour l'indice phare S&P 500. Une majorité des répondants étaient optimistes quant à l'année boursière 2008: 64% d'entre eux, contre 36%, croyaient à l'avancée de l'indice du S&P 500, plutôt qu'à son recul. La moitié des répondants prévoyaient une augmentation d'au moins 5% de la valeur de l'indice. Les résultats se répartissaient ainsi:

Progression supérieure à 10%: 14% des répondants
Progression entre 5 et 10%: 36% des répondants
Progression entre 0 et 5%: 14% des répondants
Recul de 0 à 5%: 3% des répondants
Recul de 5 à 10%: 5% des répondants
Recul supérieur à 10%: 28% des répondants

On peut donc affirmer que la très grande majorité des répondants n'avaient pas vu venir la tempête qu'allait connaître l'ensemble des marchés boursiers en 2008. Je doute qu'un seul répondant parmi les plus pessimistes (recul supérieur à 10%) avait imaginé l'ampleur de la dégelée qu'allait subir l'indice S&P500: un recul de 38% de sa valeur (en date d'aujourd'hui).

Que nous réserve 2009? Je vous propose trois petits sondages: un pour le TSX Composite (canadien), un pour le S&P 500 (américain) et un pour le CAC 40 (français). Les sondages sont affichés dans la colonne de gauche après les annonces Google. Amis lecteurs, que voyez-vous dans votre boule de cristal pour les marchés en 2009? Participez à mes sondages, on s'en reparlera dans douze mois...
.

7 commentaires:

Québec Bourse a dit…

Merci pour vos commentaires.

pb a dit…

Oui, je l'avais prévu ... mais, pour être franc, pas totalement toutefois. J'ai trop rationalisé mon feeling ! Il y avait tant d'effervescence en mi-2007 ! Ça me rappelait trop les technos en 2000.

En fait, plus précisément, j'ai vendu mes 2000 BCE environ 40 $ CAD au courant de l'année 2007. J'avais peur ! Mais pas ... mes 10 000 BBD.B, hélas. Mais bon !

Et surtout, en mai 2007, j'avais réorienté mes fonds REER, surtout canadiens, qui avaient plus que triplé pour des fonds surtout américains et d'ailleurs ...

J'aurais dû tout mettre dans un compte REER épargne et revenir peu à peu ... J'ai négligé ! Et ça a planté partout all around the world ...

Sisyphe doit remonter sa pierre à nouveau !

Québec Bourse a dit…

Avec le recul d'hier, ça donne maintenant -40% pour l'année. Je pense que plusieurs ont anticipé à la fin 2007 que la crise des subprimes aurait des impacts tout au long de l'année 2008, mais peu s'imaginait qu'un recul pourrait atteindre les 40%. Cette crise au départ semblait surtout touchée les États-Unis, mais progressivement les investisseurs ont réalisé que des institutions financières partout dans le monde étaient concernées, parce qu'elles avaient acheté de ces prêts via les Papiers commerciaux adossés à des actifs (PCAA).

Le concept de "buy and hold" ne tient plus face à ces bulles que les spéculateurs nous fabriquent de plus en plus souvent. C'est ce que je trouve navrant: la bourse se transforme de plus en plus en casino où il faut régulièrement refaire sa mise...

Anonyme a dit…

oui, Paul Jorion et Loic Abadie sur leurs blogs respectifs... et dès 2007

Québec Bourse a dit…

Merci de m'avoir fait connaître ces deux blogueurs, leurs blogs ne sont pas banals. À visiter. J'ai mis les liens dans ma liste des meilleurs blogs (colonne de gauche).

Hispong Elbayne a dit…

Non.

Malgré tout les signes qui auraient dû me faire allumer plusieurs lumières d'alarme au cerveau.

Année 2007 qui fait 1% de rendement, alors que toutes les précédents étaient à plus de 10%?

Fallite de Bear Stearns en mars, une institution financière américaine qui fait faillite?

"Récession probable aux États-Unis" lancé par Bernard Derome au Téléjournal, en avril.

Etc, etc.

Je suis de ceux qui ont commencé à investir APRÈS la crise des technos. Donc de 2002 à 2007, j'ai fait des rendements impressionnants.

J'avais, il faut le dire aussi, un conseiller qui pratique le «positive thinking», même quand ça baissait dangereusement il me conseillait quand même de garder le cap, que les beaux jours reviennent toujours après la tempête, que ça va remonter.

Évidemment, sans expérience d'une correction, j'y ai cru. Après tout c'est lui le professionnel. J'ai perdu, à vrai dire, tous mon rendement et même un peu de mon capital initial. Bref, un cours d'économie accéléré en 4 mois. Croyez-moi, on ne m'y reprendra plus.

Quand tout va bien, on n'entend pas parler d'économie dans les journeaux, ou si peu. Ceux qui mettent en garde sont considérés comme des prophètes de malheur (parlez-en à Nouriel Roubini...), mais par exemple, quand tout va mal c'est là qu'on apprend la signification de correction, inflation, stagflation, dépression...

Québec Bourse a dit…

J'ai commencé à investir en bourse également au début 2002, les six premiers mois ont été difficiles mais après j'ai vécu de belles remontées comme toi. Je pensais même que j'étais devenu un "as de la bourse"... Le hic, dans mon cas, c'est que j'ai beaucoup acheté d'actions américaines au moment où le dollar américain coûtait aux environ de $1.50 canadien à l'achat. Quand le dollar canadien s'est retrouvé à parité avec le dollar US, l'effet a été assez dévastateur. Le dollar US a remonté depuis, mais je doute qu'il se maintienne longtemps dans les $1.25, je pense qu'il devrait se situer à long terme dans les $1.10.