vendredi 14 décembre 2007

NISSAN: l'entreprise progresse, l'action piétine...

L’action de Nissan (NSANY à la bourse Nasdaq) piétine depuis le milieu de 2003, même si la performance de l’entreprise s’est nettement améliorée au cours des dernières années : ses ventes ont augmenté de 55 à 83 milliards entre 2003 et 2006. Pire, l’action est passée de plus de $25 en janvier à $18,50 au mois d’août. Cette descente était attribuable, en partie, à des résultats décevants au premier semestre: Nissan avait annoncé une baisse de ses profits, suite à une chute des ventes de camions et de véhicules sports utilitaires aux États-Unis. Malgré que les résultats du dernier trimestre (juillet-septembre) aient dépassé les attentes des analystes (croissance des profits d'opération de 12% et des revenues de 12,7%), l'action est retournée sous les $21, après avoir dépassé $23,50 au lendemain du dépôt de ces résultats positifs.

Après l’arrivée massive de nouveaux modèles chez Nissan entre 2001 et la fin 2005, peu de nouveaux modèles ont été lancés jusqu’au printemps 2007 : cette disette de quinze mois expliquerait les résultats décevants du début de l’année. Cette situation devrait changer radicalement prochainement: d’avril 2007 à avril 2010, Nissan entend dévoiler de dix à douze nouveaux modèles par année. Des modèles plus petits et moins énergivores. Déjà, un nouveau modèle de petit véhicule, la Versa, reçoit de bonnes critiques. Le Rogue, un utilitaire compact qui a été lancé cet automne, a également mérité des critiques favorables.

Nissan pour réduire ses coûts de fabrication a investi dans la construction d’usines en Russie, aux Indes et au Maroc au cours des dernières années. Elle entend viser également pour plusieurs de ses nouveaux modèles les consommateurs dans les pays à économie émergente (Brésil, Indes, Chine…).

Il ne faut pas perdre de vue le chemin parcouru par Nissan depuis l’arrivée en 1999 de son C.E.O. actuel, Carlos Ghosn. L’entreprise qui frôlait alors la faillite, a redressé ses finances à un point tel que Moody’s a relevé sa cote de crédit au niveau A3 en septembre dernier. L’alliance avec Renault a créé une synergie intéressante au niveau de la R&D, des achats, de la fabrication… Au cours des dernières années, Nissan a maintenu ses marges de profit avant impôt entre 9 et 10%, des résultats qui se comparaient à ceux de Toyota. Entre 2003 et 2006, elle a maintenu un retour moyen sur l’avoir des actionnaires de près de 24%, un rendement remarquable.

La performance mitigée de 2007 m’apparaît être un accident de parcours attribuable au faible nombre de nouveaux modèles lancés pendant quinze mois. L’arrivée massive de nouveaux modèles au cours des trois prochaines années, devrait relancer les ventes et les profits de Nissan qui pourra compter sur les marchés des économies émergentes pour compenser la stagnation du marché nord-américain. En ramenant l’action aux environs de 20$, cet accident de parcours crée, selon moi, un point d’entrée valable.

Site web: NISSAN MOTORS

1 commentaire:

Québec Bourse a dit…

Merci pour vos commentaires.