mercredi 24 octobre 2007

ALCATEL-LUCENT: peut-on tirer profit de l'impatience du marché?

La méga fusion d’Alcatel et de Lucent ne livre pas les résultats escomptés aussi rapidement que l’espéraient les investisseurs : le mois dernier, Alcatel-Lucent (ALU au NYSE) a annoncé que le volume de ses ventes serait moindre que prévu pour cette année. Au lieu de la croissance des ventes de 5% qu’elle prévoyait, on s’attend maintenant pratiquement aux mêmes résultats que l’an dernier. Pour les profits, on pense atteindre le « break-even point ». Le marché n’a pas aimé, l’action a dégringolé jusqu'à 8,53$ dans les jours qui ont suivi. Aujourd’hui, la valeur de l’action est remontée à 9,29$. À ce prix, est-ce que Alcatel-Lucent peut-être un bon investissement à moyen terme?

La fusion de ces deux géants, l’un français, l’autre américain, avait des objectifs qui m’apparaissent toujours valables :

· Pouvoir offrir un large éventail de produits, tant pour la communication filée que pour le sans-fil
· Avoir une portée géographique très étendue (USA, Europe, Asie…)
· Constituer un portefeuille de clients très large qui compte maintenant la plupart des grandes entreprises de services de télécommunication et qui permet, ainsi, d’éviter d’importantes fluctuations dans le volume des commandes
· Faire des économies sur la main-d’œuvre administrative et sur les coûts de recherche et de développement (en éliminant les dédoublements pour ces deux fonctions)

Alcatel-Lucent, au moment de la fusion l’an dernier, prévoyait faire des économies de 1,8 milliard par année grâce à cette réorganisation. L’entreprise a un chiffre d’affaires d’environ 26 milliards par année : si la fusion réussit, les réductions de coûts escomptées équivaudraient pratiquement à 7% des ventes. Les économies anticipées par la fusion ne sont pas encore visibles dans les bilans et il faut demeurer prudent. Les mégas fusions de ce genre comportent des risques d’exécution importants. De plus, la composante Lucent apporte avec elle d’importantes charges de fonds de pension alors que la composante Alcatel amène, pour sa part, la lourdeur des relations de travail qui sont propres à la France.

Il n’en reste pas moins que la nouvelle entité devient un joueur majeur chez les équipementiers des télécommunications. Alcatel-Lucent possède un éventail de produits complet, en particulier pour ce qui des équipements d’accès large-bande (broadband), au moment où le trafic mondial sur internet est en pleine expansion. Pour répondre à la croissance fulgurante de la vidéo via internet qui requiert de plus en plus de capacité de la part des réseaux, les entreprises de services de télécommunication devront tôt ou tard augmenter leurs dépenses en immobilisations. La demande pour les produits de télécommunication devrait conséquemment augmenter au cours des prochaines années.

Il ne faut pas partir en peur et s’imaginer que les fournisseurs d’équipements de télécommunication vont voir leurs profits exploser et la valeur de leurs actions s’envoler (personne n’a oublié la bulle des télécoms…). Il existe une énorme compétition dans cette industrie avec de plus en plus d’entreprises asiatiques, compétition qui limite la capacité d’augmenter les prix. De plus, les coûts récurrents de la R&D sont énormes et viendront toujours limiter la marge de profits. Mais le contexte des prochaines années risque d’être plus favorable et pourrait permettre à certaines entreprises d’espérer la rentabilité, et à leurs actionnaires d’avoir un retour décent sur leur investissement.

Cette industrie n’a pas été tendre pour les investisseurs par le passé mais si elle vous intéresse toujours, Alcatel-Lucent à son prix actuel m’apparaît représenter un rapport qualité-prix valable et pourrait assurer à l’investisseur un retour intéressant à moyen terme.

Site web: Alcatel-Lucent

2 commentaires:

Québec Bourse a dit…

Merci pour vos commentaires

pb a dit…

Comment expliquez-vous la remontée d'Alcatel-Lucent ? Est-ce que la valeur à la baisse du dollars us y est pour quelque chose, selon vous ?