dimanche 14 octobre 2007

LES LEÇONS DE L'INVESTISSEUR: La première offre d’un acquéreur potentiel, n’est qu’une première offre…

Lorsque qu’une compagnie dont on possède des actions est l’objet d’une offre d’achat d’un investisseur privé ou d’une autre entreprise publique, cela ne signifie en rien qu’elle sera effectivement vendue à cet acheteur et surtout, au prix proposé au départ. Certains petits investisseurs devant une première offre vendent rapidement leurs actions, même à un prix inférieur à celui de l’acheteur potentiel, pour pouvoir ramener leurs jetons immédiatement sur un autre numéro. C'est souvent un mauvais calcul.

Les actionnaires peuvent d'abord refuser l’offre initiale : récemment, les actionnaires de Lear Corporation (LEA à NY) ont rejeté l’offre ridicule faite par le magnat Carl Icahn et l’entreprise est toujours publique. Rendre les armes dès la première offre est rarement dans l’intérêt des actionnaires, il faut donc résister pour faire monter la mise. C’est ce qu’on fait les actionnaires de Lear et je suis persuadé que dans quelques années ils ne le regretteront pas. Carl Icahn est un vautour qui ne fait de cadeau à personne: s’il a offert 37,25$ l’action, avec la complicité du conseil d’administration de lavettes de Lear, c’est qu’il était probablement persuadé que la valeur réelle de ces actions se situait aux environ de 60$ l’unité.

Bien souvent, devant la réticence des actionnaires, le premier acheteur sera forcé de faire une meilleure offre. Très fréquemment, un deuxième acheteur potentiel (white knight) surgira et fera une offre supérieure à celle du premier prétendant. En mai 2005, j’ai appris à mes dépens cette cruelle leçon.

J’avais acheté un mois plus tôt des actions de Maytag (à 13,75$), le fabricant d’appareils électroménagers qui était alors en difficulté: je me disais que le «brand» de qualité de cette entreprise valait à lui seul une petite fortune. Dans les semaines qui ont suivi mon achat, l’action a descendu dans les 12$, semant le doute dans mon esprit. En mai 2005, se pointe un acheteur, Ripplewood Holdings qui offre 14$ l’action. Tout heureux de pouvoir ramasser ma mise et de la réinvestir sur un autre numéro, je me précipite et vend mes actions dès les jours qui suivent cette offre : j’obtiens 15$, preuve que certains se doutaient que la partie n’était pas jouée. Une entreprise chinoise Qindao Haier Ltd surgit effectivement quelque temps après et offre $16 l’action. Puis, arrive Whirlpool Corp avec une offre de 17$. La surenchère s’est terminée en décembre 2005, en faveur de Whirlpool qui a dû payer 21$ l’action. J’ai regretté amèrement de ne pas avoir connu le plaisir de voir ces nombreux courtisans se disputer la main d’une entreprise que j’avais acheté à rabais quelques mois plus tôt.

Quand tu perd, ne perd pas la leçon!
When you lose, dont’t lose the lesson!

1 commentaire:

Québec Bourse a dit…

Merci pour vos commentaires!