vendredi 17 octobre 2008

LEAR: l'offre de Carl Icahn n'était pas si mal, après tout...

.
La bourse a de ses retournements de situation parfois... qui vous apprennent la modestie. Il y a un peu plus d'un an, comme des milliers d'investisseurs, petits et grands, j'ai voté contre l'offre d'achat de Carl Icahn qui voulait mettre la main sur Lear Corporation (LEA-NYSE), un des plus importants fabricants de pièces d'automobiles sur la planète. Nous avions réussi par ce vote négatif à arrêter ce "tyran" qui voulait nous extorquer l'entreprise pour un ridicule $37,25 l'action! Je l'avais mentionné dans un message sur mon blog:

Les actionnaires peuvent d'abord refuser l’offre initiale : récemment, les actionnaires de Lear Corporation (LEA au NYSE) ont rejeté l’offre ridicule faite par le magnat Carl Icahn et l’entreprise est toujours publique. Rendre les armes dès la première offre est rarement dans l’intérêt des actionnaires, il faut donc résister pour faire monter la mise. C’est ce qu’on fait les actionnaires de Lear et je suis persuadé que dans quelques années ils ne le regretteront pas. Carl Icahn est un vautour qui ne fait de cadeau à personne: s’il a offert 37,25$ l’action, avec la complicité du conseil d’administration de lavettes de Lear, c’est qu’il était probablement persuadé que la valeur réelle de ces actions se situait aux environ de 60$ l’unité.

Un an plus tard, combien, pensez-vous, vaut aujourd'hui l'action de Lear Corporation? Je vous le donne en mille: $3.70!!! Oui, $3.70, dix fois moins que l'offre d'achat! Carl Icahn doit être mort de rire.

Ça prouve que même un des plus féroce et rusé acheteur d'entreprises, comme Icahn, peut être complètement dans le champ lorsqu'il fait une offre savamment calculée. Pour ma part, cela m'a appris la modestie et la nécessité de se tenir loin des affirmations catégoriques à la bourse (i.e. "l'offre ridicule"). Finalement, ça démontre encore une fois que nous venons de traverser douze mois déconcertants que personne n'avait vraiment vu venir et où les repères habituels ont été pulvérisés par une tempête hors de l'ordinaire.

Ceci dit, je suis persuadé que les actions de Lear valent beaucoup plus que leur actuel $3.70, peut-être pas $37.25 l'action, mais nettement plus... Les résultats des prochains trimestres vont certes être mauvais, avec la baisse importante des ventes de véhicules chez les grands fabricants, mais au delà de cette conjoncture, l'entreprise a un bon potentiel de remontée.

L'action corrosive des vendeurs à découvert pourrait traîner ce titre encore plus bas au cours des prochaines semaines. Cependant, Lear se transige actuellement à un cinquième de sa valeur aux livres et la valeur de l'avoir des actionnaires équivaut à $16.66 l'action: selon moi, le titre est victime, comme tant d'autres, d'une punition démesurée. C'est ce que je crois, en ne vous offrant cependant aucune garantie, avec ce marché, on n'est plus sûr de rien...

.

2 commentaires:

Québec Bourse a dit…

Merci pour vos commentaires.

Hispong Elbayne a dit…

La même chose s'est produite avec Microsoft qui voulait mettre la main sur Yahoo.

Regardez ça avec attention. Microsoft dispose encore d'une encaisse énorme. Steve Ballmer a dit qu'il était toujours intéressé par Yahoo. Il y a aussi RIM qui pourrait intéresser Microsoft si l'action continue de baisser.